jeudi 9 juin 2016

L'accro du shopping à Manhattan

  Auteur : Sophie Kinsella
Édition : Pocket
Prix poche : 7,40€
Nb de pages : 448


Synopsis : Becky Bloomwood, la terreur des distributeurs toujours aussi folle de fringues, ne s’est guère assagie question finances. Mais à quoi bon être enfin devenue la journaliste financière la plus populaire d’Angleterre si l’on n’en profite pas un peu ? Heureusement, elle file le parfait amour avec le séduisant Luke, son fiancé. Même s’il travaille du matin au soir pour monter sa nouvelle agence de communication à… New York ! Le rêve pour toute accro du shopping qui se respecte !
Aux anges, Becky s’envole avec lui vers ce paradis de la consommation où elle se grise à l’envi de soldes, de marques et de boutiques. L’ivresse tourne à la gueule de bois quand Luke découvre, un beau matin, dans un tabloïd anglais, un cliché de Becky en pleine frénésie d’achats sur la Cinquième Avenue. Autant dire adieu à leur crédibilité et à tous leurs grands projets. Mais la coïncidence est fâcheuse et Becky est sceptique face au hasard…


            Après un beau coup de cœur que j’ai eu pour Confession d’une accro au shopping, je n’ai pas pu résister à l’envie de poursuivre cette série. Et ce deuxième tome confirme mon attachement à cette superbe et délirante saga ! ♥


            Becky a réussi à régler toutes ses dettes ! Mais malheureusement, on ne la change pas. Elle gagne peut-être plus grâce à l’émission à laquelle elle participe, mais elle dépense plus aussi. Très vite, tout va aller de travers pour elle. Son petit-ami, Luke souhaite créer une entreprise à Manhattan. Elle part donc avec lui aux Etats-Unis et là le drame : elle ne peut pas résister aux centaines de magasins qui se trouvent devant elle. Mais malheureusement, un article dans un journal à scandale met en évidence sa dépendance au shopping. Là, elle perd tout, emploi, Luke, etc…


            Je trouve ce tome plus sombre que le précédent. Là, tout le monde est au courant des dettes de Becky. Elle m’a énormément touchée. Certes, elle ne peut en prendre qu’à soi-même mais croyez-moi, l’addiction au shopping est considérée comme une vraie maladie. J’étudie la psychologie et j’ai eu un cours sur les différentes addictions. C’est peut-être pour cette raison que Becky ne m’agace pas. Car pour moi, elle est malade. Je suis d’ailleurs étonnée que personne ne lui propose de consulter un psychiatre ou l’aider d’une autre manière. Peut-être plus tard ? Hormis son « problème », elle me touche car elle est terriblement drôle et attachante. Elle n’est pas méchante et elle connaît ses limites : Becky ne veut faire du mal à personne. Cet article dans ce satané journal a complètement bousillée sa carrière, je trouve ça tellement injuste !

            Heureusement, la fin nous annonce une suite beaucoup plus joyeuse ;)


            En bref, je suis toujours aussi fan de cette série et je pense que je risque de lire la suite beaucoup plus tôt que prévu :p A lire absolument, sans modération ;) 


2 commentaires :

  1. Un auteur que j'apprécie beaucoup ! Les deux premiers tomes de cette série sont les meilleurs à mon sens. Le reste est plus ou moins irrégulier, la série s’essouffle un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'espère que j'aimerais la suite alors :3

      Supprimer